La commune

Vous êtes ici :

LUTTE CONTRE LES DEJECTIONS CANINES

Quelques chiffres

Environ 30 % des français possèdent un chien, cela représente une population canine de plus de 9 millions d’individus dont 60 % vivent en ville ou en agglomération

 

Les déjections canines posent de véritables problèmes :

de propreté urbaine et d'environnement : dégradation du cadre de vie, souillures des espaces publics, des aires de jeux pour enfants...
d'hygiène : prolifération des microbes
de sécurité : risque de chute pour les personnes non-voyantes, les personnes âgées, les personnes handicapées, les enfants...
de finances : charge financière importante pour assurer le nettoiement des sites souillés (c'est-à-dire un coût pour chacun d'entre nous)
de relationnel entre les possesseurs et les non possesseurs de chien.

Dans toutes les municipalités la loi impose de ramasser les crottes de son chien. C’est une règle élémentaire de savoir-vivre, un devoir citoyen. Ramasser, ce n'est pas s’abaisser. C’est une preuve de civisme avec une dimension morale. Un geste citoyen, un geste simple !

Qui n’a pas un jour protesté dans les lieux publics, les espaces verts, lorsque cherchant un petit coin de verdure pour un pique-nique ou simplement s’asseoir et se détendre, devoir faire du slalom entre les excréments ? Rien de plus insupportable, sans parler des odeurs ! Tous les lieux publics que nous partageons devraient être propres.

Nous devons être sensible à la propreté de nos animaux, nous en sommes responsables. Respectons, dans la mesure du possible l’espace et les lieux que nous partageons. Ramasser les crottes de son chien en ville la loi l’impose. N’attendons pas la sanction !

Face à cette problématique liée à la multiplication des chiens et leurs déjections dans notre société, la collectivité se doit d'être active, ce sont les administrés eux-mêmes qui le demandent.

Le traitement actif sera déployé grâce à la combinaison de plusieurs actions de façon conjointe : l'information, la distribution de ramasse crottes et sachets de ramasse déjections canines, installation d’espaces canins et enfin la répression.

Que dit la législation ?

Les déjections canines sont autorisées dans les seuls caniveaux à l'exception des parties de ces caniveaux qui se trouvent à l'intérieur des passages pour piétons.

En dehors des cas précités, les déjections canines sont interdites sur les voies publiques, les trottoirs, les espaces verts publics, les espaces des jeux publics pour enfants et ce par mesure d'hygiène publique.

Tout propriétaire ou possesseur de chien est tenu de procéder immédiatement par tout moyen approprié au ramassage des déjections canines sur toute ou partie du domaine public communal.

En cas de non-respect de l'interdiction, l'infraction est passible d'une contravention (68 €, amende administrative votée en conseil municipal le 5 juillet 2018).